Nareh Arghamanyan – Pianiste

Acclamée partout pour son style unique, la magie de ses couleurs et son éblouissante virtuosité, la pianiste Nareh Arghamagnyan est l’un des talents les plus prometteurs de sa génération.

Elle a déjà fait ses débuts avec des orchestres tels que L’orchestre symphonique de Vienne, L’orchestre symphonique de Birmingham, l’orchestre de la Tonhalle de Zurich, les orchestres symphoniques de Frankfort et Hambourg, ou le Rundfunk-Sinfonieorchester de Berlin, les orchestres philharmoniques de Strasbourg et Monte-Carlo, le RTÉ de Dublin, le Hong Kong Sinfonietta, et les orchestres de Vancouver et Utah. Elle s’est produite au Wigmore Hall, à la Philharmonie de Berlin, au Laieszhalle de Hamburg, au Herkulessaal de Munich, au Konzerthaus de Vienne, au Musikverein de Vienne, au festival de piano de Lucerne, au Lincoln Centre de New York, au centre Kimmel de Philadelphie et au musée Gardner de Boston.

Les importants projets de la saison 2014/15 la conduiront pour des récitals à la Tonhalle de Dusseldorf et au Museum of Fine Arts de Montréal. Elle joue pour la première fois dans la grande salle “Goldener Saal” du Musikverein de Vienne, avec le concerto de Khachaturian accompagnée par l’orchestre symphonique de la radio de Vienne. Elle se produit également avec la Staatskapelle de Weimar, les orchestres symphoniques de St. Gallen et Munich, et fait ses débuts au Portugal avec l’orchestre Gulbenkian de Lisbonne, et au Danemark avec l’orchestre Philharmonique de Copenhagen. Outre atlantique ses prochains concerts la conduise à jouer avec « Des Moines Symphony » et en Asie avec l’orchestre symphonique de Kyoto.
Nareh Arghamanyan est régulièrement l’invitée de festivals internationaux tels que le « Schleswig-Holstein Musik Festival », le Festival de Lanaudière, le Marlboro Festival ou le festival de piano de Singapour. Elle joue sous la baguette de chefs tels que Alain Altinoglu, Howard Griffiths, Carl St Clair, Sir Neville Marriner, Michael Sanderling, Kazuki Yamada, Xian Zhang, Jean-Marie Zeitouni ou Christoph Poppen.
In 2011 elle a signé un contrat d’exclusivité avec le label Pentatone, et a publié un premier disque de pièces pour piano solo de Rachmaninov suivi d’un enregistrement consacré aux concertos de Liszt, avec le Rundfunk-Sinfonieorchester de Berlin et Alain Altinoglu (2012).
Cette année elle est nommée artiste de la saison par Pentatone. Son dernier enregistrement paru à l’automne 2014 propose les concertos de Khachaturian et Prokofiev. Elle va prochainement enregistrer le concerto de Saint-Saëns l’Orchestre de chambre de Paris et Lawrence Foster.
Nareh Arghamanyan est lauréate de plus de 18 piano concours, elle est notamment 1er prix du concours international de musique de Montréal de 2008, 1er prix du concours international de Piano Campus à Pontoise en 2007 Pontoise et du concours Josef Dichler en 2005 à Vienne.

Née en Arménie 1989, elle a commencé le piano à 5 ans. 3 ans plus tard elle commence ses études avec Alexander Gurgenov au conservatoire de musique Tchaikovsky pour les jeunes talents de Yerevan. En 2004 elle était la plus élève a être admise à l’Université de Musique et arts de Vienne, ou elle a étudié avec Heinz Medjimorec et ou elle continue la musique de chambre avec Avedis Kouyoumdjan. Elle poursuit actuellement ses études avec Arie Vardi à Hannovre et Avedis Kouyoumdjan à Vienne.

Liszt: Piano concertos

Piano concertos No. 1 & 2
Totentanz
Fantasy on Hungarian Folk Tunes
Rundfunksinfonieorchester
Berlin / Alain Altinoglu (conductor)

Audio CD (October 2012)
Pentatone Classics

Piano works by Rachmaninov

Piano works by Rachmaninov
Morceaux de Fantaisie Op.3

Etudes-tableaux Op.33

Variations on a Theme of Corelli Op.42

Audio CD (April 2012)
Pentatone Classics

Sonatas by Rachmaninov & Liszt

S. Rachmaninov: Sonata No. 2 in B-flat minor,
Op.36
F. Liszt: Sonata in B minor, S. 178

Audio CD (May 2009)
Analekta

The Variations on a Theme of Corelli, Opus 42, told us more about Arghamanyan than any other piece on the program (which also included a wonderfully detailed account of Bach’s Partita in C Minor, BWV 826). You could almost hear a cimbalom in the handling of a variation with Hungarian harmonies. Her extreme sensitivity to subtle voicings came through in Rachmaninoff’s Elégie.”

Philadelphia Inquirer, Peter Dobrin, 26.10.12

le 9 août à 21h30 au Festival Liszt en Provence

http://liszt-en-provence.com

Je suis un bloc de texte, cliquez sur le bouton \ »éditer\ » pour me modifier. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.